MOTION

sur l'abandon des épreuves littéraires aux concours d'entrée de certaines grandes écoles

 

 

 

L'Association des Professeurs de Lettres condamne avec la plus grande fermeté l'abandon de l'épreuve de culture générale décidé par l'IEP de Paris et l'abandon de l'épreuve de français-philosophie envisagé par plusieurs grandes écoles à leur concours d'entrée sous des prétextes sociaux fallacieux.

Il serait en effet inacceptable, sous peine de livrer l'avenir du pays à des cohortes de Diafoirus, qu'une solide culture littéraire, historique, philosophique ne soit pas exigée de l'élite de la nation, quelle qu'en soit la spécialité particulière. Les cours dispensés lors de la scolarité des lauréats ont vocation à approfondir cette culture, non à en différer sempiternellement l'acquisition.

L'APL dénonce l'argument selon lequel ces épreuves seraient discriminantes, argument qui consiste en vérité à entériner, à peu de frais et avec le plus grand mépris pour les classes populaires, la faillite d'un enseignement secondaire que vingt années de réformes pédagogistes ont vidé de sa substance et détourné de sa mission.

L'Apl souligne enfin que l'entretien destiné à remplacer ces épreuves constitue une forme oppressive de contrôle et de normalisation des comportements.

Paris, le samedi 14 janvier 2012